DEJA UN AN


 

Et quoi de neuf dans le handball français, 12 mois tout juste après la consécration à Bercy et devant toute la France ?

Au point de vue télévision, on serait tenté de dire rien vu les difficultés à obtenir la retransmission de l'Euro suédois. Mais il faut reconnaître qu'Eurosport a fait un bel effort en retransmettant chaque mois un match du championnat de France, en suivant le Maranne et encore d'autres matchs amicaux. Bilan mitigé donc car malgré un titre tout frais, personne ne s'arrache les images des champions. Bon, sur ce coup là, ils n'ont peut-être pas eu tort.

Côté terrain, le retour à la dure réalité du championnat après 15 jours d'intense tension nerveuse ne s'est pas fait sans problème. A Montpellier, les champions, séparés pendant plus d'un mois de leurs collègues d'entraînement ont eu du mal à se remettre dans le bain et Ligue des Champions ajoutée là dessus, la fin de saison ne fut pas aussi tranquille que les années passées. Contre-exemple, Chambéry a su gérer le retour de ses 3 champions et remporter son premier titre en D1.
C'est sans doute pour cela que les hautes instances ont du conclure que le calendrier des pros n'était pas surchargé. Sans grand repos, est venu s'ajouter le traditionnel Tournoi de Bercy, puis les Jeux Méditerranéens après quelques jours de vacances. Pour les internationaux et les formations qualifiées en Coupe d'Europe, pas beaucoup de répit pour cette nouvelle saison.
D'abord parce qu'avec la réintégration de Livry-Gargan parmi l'élite, il y a 2 matchs de plus dans le championnat. Ensuite à cause de l'instauration de la Coupe de la Ligue, organisée moins d'une semaine après la fin de l'Euro, pratique pour les clubs qui possèdent des internationaux qui n'ont pas revu leurs compatriotes depuis plus de 5 semaines. Cette Coupe de la Ligue donc qui se déroule sur 3 jours et qui oppose les 8 premiers du championnat après la phase aller. 5 matchs de plus bien sûr, ça n'est pas la mer à boire mais ça ne sert assurément pas les organismes fatigués des joueurs. Chacun à leur tour, les genoux lâchent, les tendons s'enflamment et les effectifs se retrouvent à l'infirmerie.

Un titre mondial finalement, c'est une belle médaille pour les joueurs, des souvenirs inoubliables pour tout le monde mais il ne faut pas vouloir en tirer davantage.

 

 retour