Ivry - Montpellier : 19-26
Championnat de France, 23e journée. Le 19 avril 2000.

Karaboué

0

Dinart

1

Fernandez

6

Toacsen

12 dt 1

Junillon

1

Golic

4

Chevalier

3

Grégory

-

 

F. Anquetil

2

Burdet

3 dt 2

 

Puigségur

2

G. Anquetil

4

 

Dans une salle presque comble acquise à une seule équipe, Ivry, le MHB est venu montrer qu'il n'était pas en tête du championnat pour rien. Les premières mi-temps sont en général pour les défense. Celle du match n'a pas dérogé à la règle. Mais à ce jeu là, c'est le MHB le plus fort. Didier, Frank, Greg, Adri... j'en passe et des meilleurs se sont montrés à leurs aises dans cet exercice. En attaque, dirigée par le talentueux monsieur Golic, on a vu briller tout le monde tellement les combinaisons étaient nombreuses. La défense en 2-4 d'Ivry était efficace, mais pas suffisamment devant l'adresse des joueurs montpelliérains. Si bien qu'à la pause, Montpellier avait une avance conséquente de 5 buts (6-11). Le match était tué.
Au début de la seconde mi-temps, on ne vit qu'une équipe sur le terrain : le MHB. Portant l'avance jusqu'à 9 buts en l'espace de 10 minutes. Et puis, ce fut le traditionnel trou, laissant un petit espoir au public. Montpellier se retrouva à 4 sur le terrain après une décision arbitrale un peu limite (mais, c'est un supporter montpelliérain qui juge...) et par la même occasion ramenant l'écart à 4 longueur. Mais, dans les dernières minutes, dans le show-time, Montpellier montra qu'il n'était pas champion pour rien. Profitant du jeu brouillon de l'US Ivry, Montpellier enfila les buts comme les perles et finit à +7 (19-26) avec pour conclure un penalty de compensation pour Ivry.
Montpellier a montré qu'il était digne d'un nouveau titre de champion. Mais, rien n'est encore fait, il faudra jouer comme ça les prochains match.

Pour un montpelliérain à Paris, je peux te dire que ça fait du bien de voir notre équipe favorite jouer aussi bien. Ce match est le rayon de soleil de ce premier mois dans la capitale où il fait toujours gris.

d'Olivier Guyot, montpelliérain exilé à Paris.

Retour