BORDEAUX - MONTPELLIER : 21-27
Championnat de France, 6e journée - 1 nov. 2000


1. Omeyer


5/9 dt 2/2
4. Kabengélé   13. Golic
5. Junillon
6. Frandesjo   18. G. Anquetil
2/4
 

 

1er novembre, l'heure du premier déplacement des Blue Fox pour la saison 2000 a sonné. Pour préparer Barcelone à la maison, puis en Catalogne, rien de tel que de se retrouver perdu en terre hostile. Pas si hostile que ça en fait puisqu'on avait bien du mal à compter les véritables aficionados girondins, malgré le millier de spectateurs.
L'humidité ambiante (rien ne vaut le climat méditerranéen) peu commune aux héraultais a peut-être ramolli les premiers enchaînements. En tout les cas, les Girondins déroulent comme à l'entraînement, 4-0. Petit coup de gueule de Patrice Canayer pendant un temps mort pour remettre les idées en place et la machine repart, égalise à 10 partout sous une pluie de confettis bleus et blancs. Le retour à la rigueur offensive permet même de prendre une unité d'avance à la pause 13-12, puis de finir à la sirène sur un dernier but de Didier Dinart avec 27-21.
Une rencontre montpelliéraine ne serait pas ce qu'elle est sans la marque de fabrique MHB : contre-attaque ratée de Fred. Anquetil (Allez Belette, la chance va tourner), arrêt magistral de Thierry Omeyer sur penalty, but spectaculaire conclu par Greg Anquetil smashant la balle au dessus de la zone, en plein plongeon.
Patrice Canayer reste un peu perplexe après cette rencontre en espérant ne plus revoir de début de match comme celui auquel il vient d'assister mais plutôt de vivre un match à l'image de la seconde période. En bref, une journée où l'équipe de Montpellier gagne, sans toutefois être brillante, sans véritable coup d'éclat ou actions exceptionnelles. Mais c'était sans compter ce bon Yvon (Trinquier), responsable du déplacement, qui laisse partir le bus vers la gare avec Andrej Golic ... qui court derrière, plus occupé qu'il était à discuter avec des bordelais qu'à penser au train qui n'attend pas.
Au moins, on a bien rigolé. Le service de nettoyage de la salle Jean-Dauguet aura peut-être un peu moins le sourire à l'heure de balayer les confettis montpelliérains. Mais que voulez-vous, quand on reçoit le Champion ... on reçoit le Champion !!

 

 retour