Après le match de la "renaissance" pour Montpellier, Patrice Canayer revient sur les dernières semaines.
 

Muriel & Émilie : C'est pas trop d'actualité ce soir mais on peut dire qu'il y a eu ces derniers temps un petit problème; alors d'où vient ce problème ?
Patrice Canayer : Il faut faire une différence entre un problème et la défaite. On peut perdre un match sans qu'il n'y ait de problème. On peut perdre 3 matchs, on peut expliquer 3 défaites mais ça n'est pas un problème. Une difficulté, mais pas un problème.
M&E : Alors d'où viennent les difficultés ?
Patrice : Voilà, je préfère. Il y a plusieurs difficultés On est une équipe qui a beaucoup gagné et forcément à un moment, il y a de la décompression. On ne sait jamais quand ça va arriver. On espère toujours que c'est le plus tard possible mais ça finit par arriver parce que les équipes qui gagnent tout le temps ça n'existe pas; là, c'était le moment. La deuxième raison, c'est parce que les joueurs sont très sollicités depuis maintenant un an et demi, 2 ans, à la fois physiquement et psychologiquement parce qu'ils ont enchaîné des tas de grandes compétitions difficiles, soit avec le club, soit avec l'équipe nationale. Au bout d'un moment, on manque de ressources plus mentales que physiques. A force d'accumuler stress et tension, on finit par ne plus pouvoir supporter tout ça. Et puis on s'est peut-être tous inconsciemment relâché. Comme les choses marchent bien, on est un peu moins exigent individuellement et les uns envers les autres. Peut-être néglige-t-on l'adversaire aussi. C'est tout un ensemble de choses qui fait qu'on fait tout un petit peu moins bien finalement. Ça finit par créer cette tout petite différence qu'une année on gagne de 2 buts à Dunkerque et que l'année suivante on perd d'un but
M&E : Ce soir, ça va. Vous avez tout remis dans l'ordre ?
Patrice : Non, on n'a pas remis les choses dans l'ordre. L'équipe depuis 3 semaines a repris un bon rythme à l'entraînement. L'équipe progresse très régulièrement. On a eu 2 semaines avec un seul match par semaine donc on a bien pu s'entraîner. Malheureusement ça n'a pas payé à Dunkerque. On a fait un bon match mais très fébrile individuellement. Ce soir, on a vu une première mi-temps avec une équipe un peu dans la lignée de Dunkerque, qui jouait bien mais qui loupait beaucoup d'occasions faciles puis progressivement, les joueurs se sont libérés; c'est ça qui donne de la qualité de jeu. Ce soir c'est bien, ça récompense le travail des 3 dernières semaines.
M&E : Est-ce que tu penses que la Coupe d'Europe et l'équipe de France sont en cause ?
Patrice : C'est surtout l'accumulation des grosses compétitions. Il faut se rendre compte que ces joueurs depuis 3 ans jouent chaque année un titre de champion, avec la pression que ça apporte. Depuis 3 ans, on joue aussi la Coupe de France jusqu'au bout et il y a les compétitions internationales : Championnats du Monde, Jeux Olympiques, Championnats d'Europe. Ça fait une accumulation de compétitions et de stress. Les joueurs se fatiguent mentalement, ils manquent de concentration. C'est logique qu'elle disparaisse sur les compétitions qui paraissent plus faciles mais qui ne le sont pas. Il y a aussi un autre phénomène qui a joué. On dit : "Montpellier a une très bonne équipe, les autres sont faibles", mais ils ne sont pas si faibles que ça. Ils ont le droit de travailler, de progresser et d'avoir envie de nous battre.
M&E : Comment tu envisages la fin de la saison ?
Patrice : Avec du travail pour nous permettre de retrouver un niveau de jeu intéressant. Ce soir, on a montré une qualité de jeu qu'on n'avait pas vue depuis un bon petit moment et il faut qu'on continue dans ce sens là, à investir beaucoup dans le travail, à bien progresser. Après on fera les comptes en championnat puis on verra pour la Coupe de France. C'est peut-être déjà le début de la saison prochaine. L'important c'est d'avancer match après match, on verra après au niveau des résultats.
M&E : Question qui fâche : est-ce que Chambéry est la meilleure équipe ?
Patrice : Cette année oui. Ils sont invaincus, concentrés sur le Championnat. C'est une équipe qui se bat depuis pas mal d'années pour avoir le titre. Je pense qu'ils font un parcours magnifique et c'est logique pour l'instant qu'ils mènent le championnat.
M&E : On a pu lire dans l'Équipe qu'il y aurait quelques tensions entre les joueurs. Tu confirmes ?
Patrice : Il y a toujours des tensions, même quand on gagne. On est dans un univers où il y a beaucoup de stress. De temps en temps on s'engueule, comme dans une famille. On peut s'engueuler avec sa femme sans pour autant être en instance de divorce. Il y a eu de la tension parce que beaucoup de frustrations mais l'important c'est que ça reste dans le cadre de l'équipe et qu'on règle ça entre nous.
M&E : Est-ce que tu vois déjà des retombées à Montpellier par rapport au Mondial ?
Patrice : Oui. Je pense qu'on a un club sain. On a bien travaillé avant le mondial, on continue après. On est bien soutenu par les supporters, le public, les partenaires et ce n'est pas parce qu'on a eu un mois difficile que ça remet en cause la trajectoire du club, le choix des joueurs. On ne change rien : quand on conduit un club il faut savoir garder le cap.
M&E : L'année prochaine, Belette nous quitte ... ?
Patrice : Il l'a dit, on ne sait jamais. Son rôle est très important. Il va avoir un rôle dans la commission technique. Il continuera à amener d'une autre manière tout ce qu'il a amené jusqu'à présent.
M&E : Pour la prochaine saison, des scoops sur les transferts ?
Patrice : L'équipe de l'année prochaine sera très proche de l'équipe de cette année.
M&E : Comme chaque année !!!! Maintenant petite question par rapport aux supporters. Tu as du remarquer l'arrivée des "Fanatics" à Bougnol ?
Patrice : Ce serait mieux qu'il n'y ait qu'un seul club de supporters, l'union fait la force. Mais j'ai beaucoup de respect pour les individus et chacun est libre de fonctionner comme il veut. Ca n'est pas non plus une catastrophe nationale mais ce serait mieux qu'il n'y ait qu'un seul club de supporters.
Il n'y a pas de grand club sans supporters. La relation entre l'équipe et les supporters est importante. Il est bon d'avoir des supporters fidèles. Ce qui doit guider le supporter c'est l'amour du club; il n'est jamais trop tard pour faire l'unité.
M&E : Nos amis supporters chambériens nous ont appelés ce soir et ils se joignent à nous pour te souhaiter un très bon anniversaire. Merci Patrice.